EIHS – ECOLE INTERNATIONALE HILDEGARDE DE SOINS

Cumin / Hildegarde

Le Cumin https://fr.wikipedia.org/wiki/Cumin

Le cumin est modérément chaud et sec.

Il est bon et sain à manger pour l’homme qui est oppressé, sous quelque forme que ce soit, parce que la chaleur du cumin désagrège les humeurs accumulées qui créent l’oppression, et d’où s’élèvent des humeurs peccantes qui pèsent sur la poitrine. Mais sa consommation fait du mal à ceux qui souffrent du cœur, parce qu’il ne réchauffe pas parfaitement le cœur qui devrait être toujours chaud.

C’est une bonne nourriture pour l’homme en bonne santé, parce qu’il lui donne une bonne intelligence et tempère celui qui est trop chaud ; mais il est nuisible pour tous les malades, car il leur donne de fortes infections, excepté pour les malades du poumon. C’est que le cumin tempère le poumon de ceux qui souffrent facilement de chaleurs malignes. Un homme qui veut manger du fromage cuit ou grillé sans en souffrir, qu’il en mette dessus et le mange ainsi : sa chaleur modérée relâche la coagulation trop serrée du fromage.

Celui qui a la nausée, qu’il prenne du cumin, qu’il ajoute un tiers de poivre, et un quart de pimprenelle de ce qu’il a de cumin, et réduise cela en poudre ; qu’il prenne de la farine de fleur de froment et y mélange cette poudre ; qu’il en fasse des rouleaux de pâte avec un jaune d’œuf et un peu d’eau, les place dans un four chaud ou sous la cendre chaude, et qu’il mange ces rouleaux. Qu’il mange aussi cette poudre sur du pain, cela apaise les humeurs anormalement chaudes et froides qui causent les nausées. C’est que la chaleur du cumin et celle du poivre, le froid de la pimprenelle, sont tempérés par la chaleur de la farine, et le froid du jaune d’œuf. C’est aussi parce que ce remède est composé avec la douceur de l’eau, et cuit avec la douceur de la chaleur du four, comme on l’a dit plus haut.

Laisser un commentaire